Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi 14 Aout 2012, aprés midi

Publié le par Marie Camilleri

 

 

Un mois et demi de silence....je ne les compte plus de toute façon ces jours de silence. Que s'est il passé dans vos vies depuis ce temps ….en fait je n'en sais trop rien comme toujours depuis bientôt deux ans ….le mal être est revenu roder autour de moi depuis quelques jours...l'approche de ta fête Mary, demain....l'approche de votre anniversaire lundi ...dix huit ans ….vous voilà des grandes ...des adultes ...et je ne suis pas là pour vous tenir la main....et non je n'ai pas oublié...je n'oublierai jamais ni vos fêtes, ni votre anniversaire, c'est gravé en moi, tatoué dans ma chair...Depuis quelques jours, les larmes sont revenues taquiner mes yeux...je ne pleurais plus depuis des mois...merci mr prozac...j'ai construit autour de ma douleur un mur de silence. Elles rodent les saligotes autour de moi, je les sens, elles ne sont pas loin, rien que le fait de me relire là je les sens arriver...je suis devenue irascible, je démarre au quart de tour et ne pardonne rien . Je suis de nouveau en phase de colère...depuis deux ans, c'est ça ma vie, des phases qui passent, partent laissant la place à une autre pour mieux revenir après....Je regarde le mur en face de mon bureau ici au travail...il y a toujours quelque chose qui m'accroche à vous ...votre photo...tous les trois devant la montgolfière chez disney...vos dessins...vos petits messages scotchés au mur ou sur l'écran de mon ordi...vos petits « maman je t'aime » j'ai tout gardé...je n'ai rien jeté même sous le coup de la colère. C'est tout ce qui me reste de vous ...ces petits papiers ces petits bouts de vous...et les photos..que j'ai accroché au mur à la maison...des fois je me dis que je suis vache pour kilou...un mur presque entier recouvert de vos frimousses...du temps où nous formions un trio d'enfer ...où il suffisait que vous soyez heureuses pour me combler de bonheur, vos premiers pas, vos premiers mots ...toutes vos premières fois...et aussi la dernière fois que ...je ne comprends toujours pas ...j'ai beau tourner, tourner et retourner tout dans ma tête, je ne comprends pas, je ne comprends rien .

Demain c'est ta fête, Mary et je suis là ma page facebook ouverte dans la rubrique messages et je la regarde...je ne sais pas quoi faire en fait ...te laisser un message oh un message tout simple ...un « joyeuse fête » ou pas...j'ai la peur au creux du ventre . Je ne sais pas ce que je dois faire ...t'écrire en sachant très bien ce que l'on va te dire « oh mais elle t'écrit parce qu'il y a le procès au mois d'octobre c'est tout » et je me dis que j'aurai beau essayé de t'expliquer que non ...ce n'est pas du tout ça ...qu'en fait c'est un besoin viscéral fort, qu'en fait pour t'écrire j'ai mis de côté ma peur d'être rejetée une nouvelle fois par celles que j'ai porté pendant huit mois, que j'ai senti bouger dans mon ventre, avec qui j'ai joué à « attrape moi mon pied à travers ton ventre si tu peux »...tout ça, toutes ces sensations que j'ai pu ressentir quand vous étiez en moi personne ne peut se targuer de les avoir connues. Elles sont à moi rien qu'à moi et à moi seule. Ces instants où je vous parlais où je vous chantais des chansons tout en caressant mon ventre rebondi sont à moi rien qu'à moi. Le jour où vous êtes nées, ce jour là seulement j'ai accepté que vous ne soyez plus à moi ...depuis le début je savais très bien qu'un jour je devrais vous laisser voler de vos propres ailes ….mais je ne pensais pas que cela se ferait dans ces conditions là. Mon amour pour vous est si fort que j'étais prête à accepter de vous laisser partir puisque il semblait que vous étiez plus heureuses ailleurs. Je ne sais plus combien de fois je vous ai posé cette question, et à chaque fois la même réponse...on reste avec toi ...et moi je vous ai crues. Et aujourd'hui, j'ai la sensation que vous m'avez dupée, trompée, jouées de moi ...poussées ou non par d'autres, je n'en sais rien ...Je regarde mon écran et me relis ...et j'oscille entre larmes et colère. Pourquoi continuer à vous écrire... pour maintenir ce fil invisible que me relie à vous . Je ne fais que me faire du mal en fait. Je rabâche les mêmes sentiments, les mêmes mots depuis 24 mois ...Que suis je devenue ...je me fais peur parfois. Je ne pardonne plus rien , je suis devenue intransigeante. En fait je ne veux plus souffrir..je me suis construite une muraille autour de moi. Et je m'entoure de graisse pour mieux me protéger .

Si j'osais ...mon dieu si j'osais ….je t'enverrais ce p....de message

 

Commenter cet article